jeudi 12 juillet 2018 à 15h

Manu 1er, arrête ton baratin !

(Réaction en direct au discours de Macron sur les grandes lignes de son plan contre la pauvreté)

Les associations, collectifs, syndicats , les chômeur-euses, mal logé-es, précaires, sans papier, mal soigné-es, réprimé-es, laissé-es pour compte des droits sociaux... suivront et réagiront au discours fleuve de Manu 1er donné au Château, du haut de sa morgue vis à vis des classes populaires qu'il enfonce par une série de mesures adoptées, en cours d'adoption et à venir... contre le droit au logement, au travail, à l'indemnisation, à un revenu décent, à une protection sociale efficace pour vivre dignement.

De petit mots blessants en petites phrases pleines de clichés et de sous entendus méprisants qui visent à dénigrer et à diviser, celui qui se prend déjà pour un monarque au pays de la révolution fera sans aucun doute de nouveaux cadeaux aux riches, tout en continuant de piquer l'argent des APL, des emplois aidés, de la protection sociale, des retraites, du chômage, des HLM, de l'AME, des services publics... et de l'aide sociale en général : un vrai Robin des riches, en somme qui leur offre des dividendes, des baisses du forfait social, de l'Impôt sur la fortune et des cotisations patronales !

Nous serons nombreux à écouter et réagir à son baratin, à décoder ses mots, prononcés pour abuser les esprits naïfs et octroyer des cadeaux supplémentaires à ceux et celles qui cherchent de nouveaux profits...

Nous sommes les cibles de ce discours de Manu 1er au Château de Versailles, nous ne sommes pas seulement les victimes, nous sommes aussi ceux et celles qui résistent contre ces inégalités et ces injustices à l'image des sans-logis et mal logés qui campent Place de la République depuis le 4 juillet pour vivre décemment.

A l'invitation de (1er signataires) :

AC!, APEIS, ATTAC, CGT chômeurs, CSP 75, DAL, MNCP, Union Syndicale Solidaires ...

Source : message reçu le 9 juillet 16h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir